Livraison Gratuite
main

On vous recommande

L’UPFR de Besançon mène une étude sur la course à pied minimaliste

Laurent MOUROT vous êtes chercheur à l’UPFR (Unité de promotion / formation / recherche) des sports de Besançon depuis le 1 janvier 2011. Vous êtes physiologiste de l’exercice et de l’entrainement, et pratiquez la course à pieds ainsi que le ski de fond. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous vous intéressez au minimalisme ?

Après avoir travaillé sur le système cardiovasculaire et son réglage par le système neurovégétatif, j’ai intégré une nouvelle équipe en arrivant à l’UPFR des sports et c’est là que j’ai eu la possibilité de travailler sur la performance en course à pieds, au sens large. Au travers de ma pratique personnelle, j’ai eu l’occasion de côtoyer des personnes pratiquant la course à pieds minimaliste. J’ai essayé et, après des débuts un peu difficiles (courbatures !), je me suis rapidement rendu compte que ce type de chaussures rendait la course très agréable, avec une impression de renvoi et de dynamisme extrêmement importante, en raison de la différence de masse au niveau de la chaussure, mais aussi au niveau de la modification obligée du pattern de course.

Comment votre projet d’étude est-il né ?

En creusant la littérature scientifique, je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup d’études rapportant une diminution du cout énergétique en course à pieds avec les chaussures minimalistes. Par contre, toutes les études avaient été faites sur terrain plat ou sur tapis roulant, mais encore à plat. Comme ma pratique principale est le trail dans le Doubs, c’est-à-dire dans les montagnes du Jura, je passe très peu de temps à courir à plat. Je me suis donc poser la question de savoir si cet avantage était maintenu lorsque l’on coure en montée ou en descente. Nous avons donc effectué une étude pour vérifier cela. Malgré des différences notables en termes de cinématique, la différence de cout énergétique entre des chaussures traditionnelles et des chaussures minimalistes perdure quelle que soit la pente (nous avons exploré de -8% à +8%).

Sur quoi porte votre nouvelle étude ?

Après ce premier constat, la deuxième question que je me suis posé portait sur la durée de course. En effet, la plupart des études menées jusque-là (y compris la nôtre sur l’effet pente), et qui montrait un gain en faveur des chaussures minimalistes, comparait des courses de très courte durée (souvent 4-5 minutes, le temps d’avoir un état stable au niveau énergétique). On ne sait rien d’une possible modification de cet avantage sur la durée. Sans parler du marathon ou de l’ultra marathon, la plupart des coureurs dépassent largement cette durée de 4-5 min. Il faut donc essayer de savoir ce qu’il se passe lorsque la durée de course s’allonge.

Comment allez-vous procéder ?

Relativement simplement. Nous allons simuler une course de 45 minutes alternant des phases de course à plat, en montée et en descente, que l’on retrouve régulièrement. A chaque étape, nous évaluons le cout énergétique, des paramètres propres à la course (fréquence, amplitude des foulées, temps de contact, partie du pied qui entre en premier en contact avec le sol…). Cela nous permet d’avoir une cinétique d’évolution de ces paramètres au cours des 45 min. Nous faisons cela une fois avec des chaussures traditionnelles, et une fois avec des chaussures minimalistes et nous comparons les deux états.

Quand publierez-vous les résultats ?

L’étude est en cours et nous pensons finir au début de l’année 2013. Le temps de dépouiller les données, nous pensons être en mesure de soumettre un premier article dans une revue scientifique durant l’été ou l’automne 2013. Si tout va bien, 2 ou 3 articles devraient être publiés avec cette étude.

11/02/2013
1

Ecrit par: ... firewalker

Bonjour Laurent Mourot, Je cours avec des Merell Trail Glove depuis plusieurs mois. Je viens de terminer ce matin mon premier Trail en chaussure minimaliste (Trail de la Perouse à côté de Dijon : 25 km 700 D+). Premier trail en compétition avec les Merell donc, aucun échauffement, aucune ampoule (je cours pieds nus) et toujours le même renvoi dynamique. Je me suis donné le défi de tester progressivement les Merell sur des trails beaucoup plus long et quand je serais prêt (physiquement) j'envisage de courir un Ultra Trail en Merell. Je ne suis pas un athlète de haut niveau (milieu de classement en trail, 3h30 sur marathon) mais si vous avez besoin de sujets pour une étude ou d'échanger, ma porte est ouverte. Je participe prochainement au Trail des Forts à Besançon, peut-être nous rencontrerons nous à cette occasion. Cordialement S.Goyard

03/03/2013 | 20:49